Les gendarmes récupèrent les fusils d’assaut volés jeudi à La Serpillère

  1. Home
  2. /
  3. Actualités
  4. /
  5. Les gendarmes récupèrent les fusils d’assaut volés jeudi à La Serpillère

Les gendarmes récupèrent les fusils d’assaut volés jeudi à La Serpillère

Posté dans : Actualités le

Par Jacky Page, France Bleu Isère lundi 6 février 2017 à 21:49

Des soldats de l'opération Sentinelle à Vincennes, équipés de leurs fusils Famas
Des soldats de l’opération Sentinelle à Vincennes, équipés de leurs fusils Famas © Maxppp – Ian Langsdon

Quelques jours après le vol de deux fusils Famas dans le fourgon d’un groupe de militaires, à La Verpillère, les gendarmes ont retrouvé les armes et interpellé six personnes dimanche et lundi matin dans le Nord-Isère.

Après leur pause déjeuner dans un fast-food de La Verpillère, les militaires du 4e régiment de chasseurs de Gap, qui revenaient d’une mission Sentinelle à Paris, avaient eu le 2 février la désagréable surprise de constater qu’une vitre de leur véhicule avait été brisée et que des munitions 9 mm, ainsi que deux fusils d’assaut Famas avaient disparu. L’alerte avait été aussitôt donnée, et l’enquête a rapidement abouti.

La gendarmerie avait eu à cœur de déployer de gros moyens d’investigation sur le Nord-Isère. C’est dans le milieu de la délinquance locale que la clé de l’enquête se trouvait probablement. Une hypothèse que semblait confirmer, dès le soir du vol, la découverte dans un quartier sensible de Villefontaine, d’un véhicule volé par les suspects.

Dimanche, puis lundi matin, les gendarmes de la section de recherches de Grenoble, avec l’appui du GIGN, ont lancé des opérations à Villefontaine et Creys-Mépieu. Les deux fusils d’assaut et les munitions ont été récupérés, et six individus ont été interpellés. Le procureur de la République de Vienne, Jérôme Bourrier, devrait en dire davantage dans les prochains jours, au terme des gardes à vue suivies des mises en examen. On connaîtra alors le profil des personnes mises en causes et quelles étaient leurs intentions précises. Dès le début de l’enquête, le parquet de Vienne précisait qu’aucun élément n’orientait vers une piste terroriste. Les armes auraient pu en revanche intéresser le grand banditisme.

Villefontaine, France

Mots-clés :