affaire BENALLA

  1. Home
  2. /
  3. Actualités
  4. /
  5. affaire BENALLA

affaire BENALLA

Posté dans : Actualités le

C’est une histoire d’amitié qui dure depuis près de 10 ans. Alexandre Benalla et Vincent Crase partagent leur passion pour tout ce qui touche à la sécurité depuis 2009, et l’époque où le second était capitaine de réserve de la gendarmerie. Ils sont tous deux entendus par la commission d’enquête du Sénat le mercredi 19 septembre, dans le cadre de ce qui est communément devenu « l’affaire Benalla« .

Quand ils se rencontrent, Vincent Crase est aux commandes d’un stage de formation pour réservistes sur une base aérienne près d’Évreux, raconte Le Monde début août. Vincent Crase est alors âgé de 35 ans et Alexandre Benalla de 17 ans. L‘aîné développe une admiration pour son poulain qu’il qualifie de « très discipliné » et qu’il décrit comme quelqu’un qui « donne le meilleur de lui-même ».

Vincent Crase a eu une carrière évolutive en tant que réserviste. Comme le rappelle Ouest France, il a commencé en 1996 comme officier de réserve dans l’armée de l’air, puis est entré à la gendarmerie nationale en 2009, avant d’être finalement promu en 2013 au grade de chef d’escadron de réserve.

À lire aussi

Les fondateurs des Jeunes avec Macron le 17 mars 2018. Jean Gaborit est au centre. Élysée

Le nom du successeur d’Alexandre Benalla à l’Élysée révélé

Passionné de gendarmerie

En 2016, les deux acolytes fan de sécurité fondent, selon Le Monde, une Fédération française de la sécurité privée. Alexandre Benalla est alors directeur de la sécurité d’En Marche !, Vincent Crase est recruté et s’installe au siège du parti pour sécuriser les lieux. Puis, Le Monde raconte : quelques mois après l’arrivée d’Emmanuel Macron à l’Élysée (en 2017), Vincent Crase quitte la réserve de la gendarmerie pour celle de la garde républicaine. Au palais, il est chargé de superviser un groupe de réservistes.

Il est décrit par un ancien collègue comme un passionné de gendarmerie qui « donnait l’impression de ne pas avoir de job à côté ». Un de ses jobs, c’est d’être employé à La République En Marche, dévoile Bruno Roger-Petit au mois de juillet. C’est par la voix du porte-parole de l’Élysée que l’identité de Vincent Crase est donc révélée au grand public, ainsi que sa présence aux côté d’Alexandre Benalla lors des interpellations musclées du 1er mai de manifestants.

Depuis, il a été licencié de l’Élysée. « Bien que ces faits se soient déroulés hors de son cadre de travail à La République En Marche, j’ai souhaité le sanctionner parce que je considère grave ce qu’il s’est passé », avait expliqué Christophe Castaner.

Vincent Crase, 44 ans, marié et père de trois enfants, a été mis en examen dimanche 22 juillet, pour immixtion dans l’exercice d’une fonction publique et port prohibé d’une arme de catégorie B.