Militaires » ne veut pas (forcément) dire armée… (CLANICOO)

  1. Home
  2. /
  3. Actualités
  4. /
  5. Militaires » ne veut pas (forcément) dire armée… (CLANICOO)

Militaires » ne veut pas (forcément) dire armée… (CLANICOO)

Posté dans : Actualités le

Mercredi soir, l’annonce a fait grand bruit, même si noyée dans les 2 heures d’intervention du président de la République face à 2000 maires de France. Contexte tendu oblige, les Réunionnais qui suivent assidument les avancées de la mobilisation débutée samedi, ont bien évidemment scruté l’intervention d’Emmanuel Macron en direct. Les quelques mots concernant La Réunion sont tombés à la toute fin de son discours, mais n’ont laissé personne de marbre.

 

Le président de la République a souhaité « mettre les moyens » pour ramener l’ordre sur le département, qui depuis plusieurs jours subit des violences, notamment nocturnes, quotidiennes. Pour y mettre fin, alors que des renforts sont déjà arrivés depuis mardi sur l’île, il a annoncé la venue d’encore plus d’effectifs. A savoir un escadron Serval (prévu pour les déplacements urgents et non-planifiés en outre-mer), ainsi que deux escadrons de gendarmerie mobile supplémentaires.

Des « militaires », donc. Un terme qui, dès hier soir, et encore aujourd’hui, a provoqué une vague de réactions sur internet et sur les ondes. Dans les esprits, qui dit « militaires », dit « armée ». Et pour beaucoup, armée veut dire « guerre »… D’où les remarques inquiètes qui ont fusé ces dernières heures.

Et pourtant. Comme a tenu à le préciser la gendarmerie de La Réunion dans la journée, « les renforts envoyés à La Réunion ne sont pas composés de militaires de l’armée mais bien de militaires… de la Gendarmerie Nationale, force de police à statut militaire ». Attention donc à ne pas tout confondre…

« Ces renforts visent notamment à protéger la population des exactions commises par des casseurs, en marge du mouvement des gilets jaunes », termine la gendarmerie de La Réunion.

Ces renforts sont arrivés ce jeudi à La Réunion. Et les Réunionnais ont vu passer, dans la journée, une file indienne de camions empruntés au RSMA pour transporter les militaires. Alimentant encore une certaine psychose… peu justifiée.